🔴 DOCUMENT | Les « Fusillés pour l’exemple » : Désertion et automutilation.

DERNIÈRE PARTIE.

Il est, durant cette guerre, maintes façons de se rebeller, de refuser de servir dans des conditions inhumaines. Certains profitent d’une permission pour ne pas rentrer. D’autres refusent de monter en ligne, préférant fuir que renouveler ces offensives qui s’apparentent davantage à une boucherie qu’à la guerre. Ces déserteurs sont le plus souvent retrouvés et traduits en conseil de guerre, sauf s’ils parviennent à franchir les frontières des pays neutres comme la Suisse ou l’Espagne. La plupart du temps, les tribunaux militaires sont impitoyables. Des poilus, préférant une blessure légère à une mort atroce, se tirent une balle dans une main, un pied ou dans le gras de jambe. Cette pratique extrême, si elle est prouvée par le médecin militaire qui examine la blessure, peut également mener au peloton d’exécution. Désertion et automutilation restent néanmoins des pratiques assez marginales. Elles concernent moins de 2% des soldats mobilisés.

201408160889-full

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s